Accueil > Actualités > L’Agro-écologie pour une gestion durable des ressources naturelles : « (...)

L’Agro-écologie pour une gestion durable des ressources naturelles : « L’expérience des femmes rurales de DANDE au Burkina Faso »

Dans le cadre de la mise en œuvre de la campagne « nous sommes la solution, célébrons l’agriculture familiale Africaine » lancée dans cinq pays d’Afrique, ( Burkina Faso, Ghana, Guinée, Mali et Sénégal) en 2011 et qui vise à promouvoir les bonnes pratiques et savoirs connus et transmis pendant des générations en Afrique pour préserver la sécurité et la souveraineté alimentaire, l’union Lolo des femmes rurales de DANDE a crée un champ école,
Pour expérimenter l’agro écologie.
Le lancement des travaux a eu lieu le samedi 6 décembre 2014 à DANDE, localité située à environ 55 km sur l’axe Bobo-Bamako en présence du Préfet du département de DANDE, du secrétaire exécutif et du coordinateur de la Fédération Nationale des Organisations Paysannes (FENOP) , de la Coordinatrice du Réseau d’Appui à la citoyenneté des femmes rurales d’Afrique de l’Ouest et du Tchad (RESACIFROAT),des délégations de femmes rurales venues du Mali, des provinces de la Comoé et du Kénédougou, des autorités Coutumières et Religieuses de DANDE et de nombreuses femmes de l’union Lolo.
Cinq allocutions ont été prononcées :
La Secrétaire Générale de l’union Lolo Mme TINTA Maïmouna intervenant au nom de la Présidente empêchée a souhaité la bienvenue à l’assistance et remercié le Resacifroat pour son accompagnement. A sa suite Mme Martine KABORE a présenté aux invités l’union DANDE Lolo qui est membre de l’UFROAT une structure créée en 2000 pour offrir aux femmes rurales d’Afrique de l’Ouest et du Tchad un cadre de rencontre et de concertation. Quatre ans après pour accompagner les unions nationales, est né un réseau dénommé RESACIFROAT (Réseau d’Appui à la Citoyenneté des Femmes Rurales d’Afrique de l’ouest et du Tchad) qui depuis sa création mène des actions en faveurs des femmes rurales. C’est dans ce cadre que le champ école de DANDE a été mis en place pour lutter contre la pauvreté et permettre de produire sain.
Présent dans l’assistance, M ILBOUDO Romain Lieutenant des eaux et forêts a tenu a félicité les femmes et le RESACIFROAT pour cette belle initiative salutaire pour l’homme et l’environnement. Pour mieux faire comprendre l’importance et les avantages de l’agro écologie M ILBOUDO s’est appuyé sur le fait que dans la région de DANDE les producteurs de sésame ont vu leur production rejeté parle marché européen parce qu’ils ont utilisé des intrants chimiques. Alors M ILBOUDO a dit aux femmes je cite : « pourquoi ceux qui fabriquent les engrais chimiques et autre pesticides refusent de consommer toute production faites avec ces intrants ? » La réponse à cette question devrait permettre aux femmes de mesurer l’importance de leur projet.
Intervenant à son tour, la présidente du RESACIFROAT Mme OUOBA Rosalie a salué tous ceux qui ont fait le déplacement de DANDE pour le lancement du champ école, particulièrement la délégation de l’UFROAT Mali. Elle a ensuite fait l’historique de la création du RESACIFROAT en 2004 qui depuis lors multiplie les actions en faveur des femmes rurales. C’est ainsi qu’en 2011 la FENOP et le RESACIFROAT ont décidé d’être membres de la campagne nous sommes la solution et de collaborer avec les UFROAT pour promouvoir l’agriculture familiale gage de la sécurité et de la souveraineté alimentaire. Cette campagne consiste à renforcer les capacités des femmes rurales, afin qu’elles adoptent l’agro écologie qui valorise les pratiques agricoles traditionnelles et préserve l’environnement. C’est pourquoi le champ école de DANDE a été mis en place pour permettre à d’autres femmes rurales de partager l’expérience à travers les visites étude. Mme OUOBA a terminé son propos en prodiguant ses encouragements aux femmes et souhaité que leur expérience soit un succès.
Le préfet de DANDE a rassuré les femmes de l’union Lolo de sa disponibilité à les accompagner dans leur noble entreprise. En donnant le top départ des travaux, il a souhaité que ce jardin où pousseront bientôt des tomates, oignons, choux, salades, haricot vert, concombres et courgettes puisse réellement servir d’école pour les femmes rurales des autres régions du Burkina et pourquoi pas les hommes.